Bilan

Compte rendu du 9e Congrès International des Péruvianistes – 21, 22 et 23 novembre 2018

Le 9e Congrès International des Péruvianistes s’est déroulé à l’Université Bordeaux Montaigne et à la Maison des Suds (CNRS) les mercredi 21, jeudi 22 et vendredi 23 novembre 2018, sur le domaine universitaire de Pessac. Le Congrès a été inauguré par   M. Alvaro de Soto, Ambassadeur du Pérou en France et Mme Hélène Velasco, Présidente de l’Université Bordeaux Montaigne. Cette manifestation scientifique après le 8e Congrès Péruvianiste à l’Université d’Ottawa en mars 2017 s’inscrit dans un cycle d’activités de grand prestige entre la France et le Pérou jusqu’à la célébration du Bicentenaire de l’Indépendance en juillet 2021.

Le  congrès de l’Association Internationale des Péruvianistes née aux États-Unis de l’initiative du professeur José Antonio Mazzotti (Tufts University) voilà vingt ans, a eu à Bordeaux  une double orientation coloniale et contemporaine. Il a été rendu possible dans le cadre du projet du professeur Isabelle Tauzin-Castellanos, primé par l’Institut Universitaire de France en 2016.  José Antonio Mazzotti a rappelé en introduction l’émigration qu’avait connue le Pérou dans les années 80-90 du fait du conflit interne et de la crise économique conduisant à l’exil nombre de ses compatriotes.

Le 9e Congrès International des Péruvianistes a été un hommage au professeur Bernard Lavallé, historien et hispaniste à l’université de Bordeaux 3, qui fut directeur de la Maison des Pays Ibériques, reconnu internationalement pour ses travaux sur le Pérou, l’Amérique coloniale et l’histoire de l’émigration aquitaine. L’autre axe fédérateur du 9e Congrès a été la relecture de l’œuvre de Manuel Gonzalez Prada, à l’occasion du centenaire de la mort du penseur, poète et directeur de la Bibliothèque Nationale du Pérou qui séjourna à Bordeaux de 1895 à 1898. La pensée de Manuel Gonzalez Prada a eu des répercussions dans tout le continent latino-américain.

Le congrès péruvianiste de Bordeaux a été caractérisé par une dimension interdisciplinaire forte avec des communications présentées en français ou en espagnol dans différents domaines des sciences humaines et sociales, en histoire, ethnologie, sociologie, philosophie, sciences politiques, littérature,  histoire de l’art. La communauté franco-péruvienne et latino-américaine de Bordeaux a été associée à l’événement grâce au rayonnement de l’association Bordeaux Lima/Maison du Pérou.

Les principaux partenaires institutionnels ont été  l’Ambassade de France au Pérou, l’Ambassade du Pérou en France, la région Nouvelle Aquitaine, Bordeaux Métropole, l’Institut Cervantès de Bordeaux, l’Institut des Amériques et l’équipe d’accueil AMERIBER de Bordeaux Montaigne.

Outre les participants venus de tout l’hexagone, 74 conférenciers sont intervenus au cours des trois journées, dont 47 étrangers (Pérou, Chili, Argentine, Équateur, Etats-Unis, Canada, Espagne, Italie, Allemagne, Roumanie, Suisse…) et 27 universitaires issus d’établissements français (Bordeaux, Toulouse, Paris, Nanterre…).  

Plusieurs manifestations culturelles ont renforcé le succès du congrès. L’exposition de photographies « Mémoire d

u Pérou (1890-1950) » a été pour la première fois présentée en France du 21 au 30 novembre à l’Espace Saint-Rémi, du fait d’un partenariat associant l’ambassade du Pérou, grâce à M. Carlos Amézaga, conseiller culturel de l’ambassade du Pérou,  la Direction des Affaires Internationales de la Mairie de Bordeaux, l’Association Maison du Pérou, présidée par M. Juan Vilches, Consul du Pérou à Bordeaux, projet présenté par l’universitaire spécialiste du Pérou, Mme Isabelle Tauzin-Castellanos, à l’automne 2017 aux différents partenaires.

Après le vernissage qui a rassemblé environ deux cents personnes en présence de l’ambassadeur du Pérou, M. De Soto, mercredi 21 novembre, les participants ont assisté à la projection du film Garcilaso de la Vega, l’Inca, une première en France,  à l’Institut Cervantès de Bordeaux. Ce même institut culturel dirigé par Mme Luisa Castro a accueilli le lendemain une table ronde de littérature sur la Génération 2000, avec les écrivains péruviens Santiago Roncagliolo et Grecia Cáceres.

La clôture du congrès a pris la forme d’un concert du groupe Perú Inka, qui a enflammé le public, dans l’amphi 700 de l’Université Bordeaux Montaigne. Rendez-vous a été pris pour de futures manifestations scientifiques  à l’occasion des projets sur le Bicentenaire de l’Indépendance du Pérou. Les conférenciers ont été invités à envoyer leurs contributions sous forme d’articles scientifiques soumis à l’aveugle pour une publication par les éditeurs de la Revista de Crítica Literaria Latinoamericana, qui ont présenté les actes du congrès d’Ottawa le 23 novembre 2018 à Bordeaux.

 Plus d’informations sur le site : https://americanistes.hypotheses.org/855